Mir EO-19 | Chronologie

1. Lancement de la navette spatiale Atlantis STS-71

La navette spatiale américaine Atlantis STS-71 décolle du Centre Spatial Kennedy, à Cap Canaveral en Floride, le 27 juin 1995 à 19h32'18,988" GMT. L'équipage est constitué du commandant Robert GIBSON, du pilote Charles PRECOURT et des spécialistes de mission Ellen BAKER, Gregory HARBAUGH, Bonnie DUNBAR, Anatoli SOLOVIOV et Nikolaï BOUDARINE.

Fig. 1.1 : Décollage d'Atlantis STS-71.
Crédit : NASA.

SOLOVIOV et BOUDARINE constituent l’équipage EO-19 de la station Mir. C’est la première mission du programme Shuttle-Mir, et la première (et dernière) fois qu’un équipage principal décolle à bord d’une navette spatiale américaine. La soute d’Atlantis abrite le système d’amarrage ODS et le module Spacelab LM2.

Atlantis s’amarre sur la pièce longitudinale du module Kristall, qui avait été positionné sur la pièce avant du PKhO, le 29 juin 1995 à 13h00’13,9" GMT. A ce moment, la station est occupée par l’équipage EO-18, qui est constitué du commandant Vladimir DEZHOUROV et des ingénieurs de bord Guennadi STREKALOV et Norman THAGARD. Leur vaisseau Soyouz TM-21 est amarré sur le module Kvant. C’est la navette qui prend en charge l’orientation du complexe.

Fig. 1.2 : Atlantis STS-71 approche de Mir.
Crédit : NASA.

DEZHOUROV ouvre l’écoutille qui donne sur le PSO du module Kristall à 13h47’33" GMT, et l’équipage d’Atlantis ouvre l’écoutille entre l’ODS et le PSO à 15h01’04" GMT. GIBSON et DEZHOUROV se serrent la main devant une caméra, ce qui symbolise la première rencontre entre des vaisseaux russes et américains depuis la mission Apollo-Soyouz de 1975.

La première activité consiste à installer les couchettes Kazbek-UM de SOLOVIOV et BOUDARINE dans le vaisseau Soyouz TM-21, ce qui marque le début officiel de la mission EO-19. Leurs scaphandres Sokol-KV-2 sont également installés dans le vaisseau (ceux de DEZHOUROV, STREKALOV et THAGARD ne seront pas ramenés sur Terre et seront évacués par un vaisseau Progress M). A la fin de la journée, une séance de communication entre Mir et le TsUP est interrompue 15 minutes avant la fin car Atlantis a effectué une manœuvre de changement d’orientation sans avoir reçu l’autorisation du TsUP.

Fig. 1.3 : Les équipages de Mir et d'Atlantis à bord du Spacelab.
Crédit : NASA.

Le 30 juin 1995, à environ 05h00 GMT, l’ordinateur de bord GPC-4 (General Purpose Computer) d’Atlantis tombe en panne, et GIBSON bascule sur le GPC-3. Les astronautes commencent ensuite à transférer du fret entre le module Spacelab et la station Mir.

Le 1er juillet 1995, les cosmonautes transfèrent vers Atlantis l’ordinateur de bord Saliout-5B ainsi que des batteries défaillantes pour qu’ils soient expertisés sur Terre. L’ordinateur GPC-4 d’Atlantis est quant à lui remis en service, et il ne montre plus aucune défaillance. GIBSON et PRECOURT allument les moteurs RCS d’Atlantis à 12h27 GMT et 14h02 GMT pour évaluer leur effet sur la structure de la station et en particulier de ses panneaux solaires. Les écoutilles entre les deux vaisseaux sont fermées le temps de cette manœuvre. Le 2 juillet 1995, l’orientation du complexe est prise en charge par la station Mir pendant trois orbites, ce qui consomme 48kg d’ergols.

SOLOVIOV et BOUDARINE embarquent à bord du vaisseau Soyouz TM-21, qui se sépare du module Kvant le 4 juillet 1995 à 10h55'01" GMT. L'objectif est de permettre à BOUDARINE de se positionner dans le Compartiment de Vie (BO) du vaisseau pour filmer la séparation d'Atlantis, qui a lieu à 11h09'41,892" GMT. La navette réalise ensuite un survol de la station pour la photographier également.

Fig. 1.4 : Atlantis quitte Mir, vue depuis Soyouz TM-21.
Crédit : NASA.

Lors de la séparation d'Atlantis, le complexe est en mode d'orientation par gradient de gravité. Comme le centre de gravité est fortement déplacé du fait de la présence de la navette, la station est inclinée d'environ 30° par rapport à la verticale. Une fois Atlantis partie, Soyouz TM-21 s'amarre de nouveau sur Kvant à 11h38'12" GMT.

Quand ils ouvrent les écoutilles, les cosmonautes découvrent que l'ordinateur de bord TsVM-1 est tombé en panne. Dans l'immédiat, ils se contentent de mettre hors service le système Vozdoukh afin d'économiser l'énergie.

Fig. 1.5 : L'amarrage de Soyouz TM-21 sur Kvant, vu d'Atlantis.
Crédit : NASA.

Le 5 juillet 1995, SOLOVIOV et BOUDARINE remplacent les boîtiers MUR2 et MI2 du TsVM-1, mais cela ne résout pas le problème. Le soir, le TsUP démarre l'ordinateur de secours TsVM-2 (Argon-16). Les moteurs de Mir sont mis en service le 6 juillet 1995 (dm=65,88kg) pour désaturer les actionneurs gyroscopiques. Les actionneurs 1 à 5 de Kvant et 2, 3, 5, 6 de Kvant-2 sont redémarrés le 7 juillet 1995.

Atlantis atterrit au centre Kennedy le 7 juillet 1995 à 14h54'33,975" GMT Son vol a duré 9 jours 19 heures 22 minutes 15 secondes, et celui de DEZHOUROV, STREKALOV et THAGARD a duré 115 jours 8 heures 43 minutes.

Le système SRV-U tombe en panne le 8 juillet 1995. Les cosmonautes remplacent sa pompe le lendemain et le redémarrent avec succès. L'actionneur gyroscopique n°4 du module Kvant (SG-4E) cesse de fonctionner le 9 juillet 1995. Le 11 juillet 1995, les cosmonautes tentent de démarrer le système Elektron-V du module Kvant-2, mais sans succès. Ils y parviennent finalement le 13 juillet 1995.

2. La première sortie dans l’Espace

La première sortie dans l'Espace de la mission EO-19 débute le 14 juillet 1995 à 03h56'26" GMT quand les cosmonautes SOLOVIOV (Orlan-DMA n°27) et BOUDARINE (Orlan-DMA n°18) ouvrent l'écoutille du ChSO du module Kvant-2.

La première activité consiste à inspecter le panneau solaire SB-II du module Kvant-2 pour comprendre pourquoi il n'est plus capable de suivre le Soleil. Comme le TsUP le pensait, l'extrémité du mât de charge GSt-II n'est pas positionnée correctement et bloque le panneau. Les cosmonautes la remettent donc à sa place, et le problème est soldé.

SOLOVIOV et BOUDARINE vont ensuite installer une antenne radioamateur sur le Module de Base, entre la base du GSt-II et le PKhO, mais ils ne la raccordent pas électriquement. Ils inspectent ensuite les sections coniques des modules Spektr et Kristall pour s'assurer que le déplacement de Kristall du 10 juin 1995 n'a pas causé de dégâts. Le heaume du scaphandre de BOUDARINE commence alors à s'embuer. Les deux cosmonautes vont malgré tout inspecter la pièce d'amarrage tribord (-Z) du PKhO, qui est l'objet d'une très légère fuite d'air, mais ne trouvent rien d'anormal.

Ils se rendent ensuite à la base du GSt-II et l'accroche sur le module Spektr. SOLOVIOV le longe alors pour s'approcher du panneau solaire DSB-IV qui ne s'est pas déployé correctement après le lancement du module quelques mois plus tôt. Il est ensuite rejoint par BOUDARINE, et les deux cosmonautes tronçonnent un tube de verrouillage. Ils reculent pour se mettre en sécurité, le TsUP envoie l'ordre de déploiement, et quatre des cinq sections du panneau s'ouvrent normalement. Seule la cinquième reste bloquée dans une position perpendiculaire aux quatre autres.

Fig. 2.1 : Vue du module Spektr avec son panneau DSB-IV mal déplié.
Image prise lors de STS-71. Crédit : NASA.

SOLOVIOV et BOUDARINE se dirigent ensuite vers le module Kvant-2. Ils récupèrent au passage sur le Module de Base l'antenne radioamateur qu'ils ont installé quelques heures plus tôt, car elle ne fonctionne pas. Ils rentrent ensuite dans le ChSO de Kvant-2 et referment l'écoutille à 09h30 GMT. La sortie a duré 5h34.

3. Déplacement du module Kristall

Le module Kristall avait été positionné sur la pièce avant (-X) du PKhO par l'équipage EO-18 pour les besoins de la mission STS-71. SOLOVIOV et BOUDARINE vont maintenant ramener le module dans sa position définitive, sur la pièce tribord (-Z) du PKhO.

Fig. 3.1 : Mir avant et après le déplacement du module Kristall.
On note le panneau mal déplié de Spektr.
Crédit : Novosti Kosmonavtiki.

Le 17 juillet 1995, ils démontent les gaines d'aération, ferment l'écoutille du module et contrôlent son étanchéité. Ils actionnent le bras manipulateur ASPr et le module se sépare à 02h51'56" GMT, puis s'amarre environ une demi-heure plus tard.

4. La deuxième sortie dans l’Espace

La deuxième sortie dans l'Espace de la mission EO-19 débute le 19 juillet 1995 à 00h39 GMT quand les cosmonautes SOLOVIOV (Orlan-DMA n°27) et BOUDARINE (Orlan-DMA n°18) ouvrent l'écoutille du ChSO du module Kvant-2.

L'objectif principal de la sortie est d'installer sur le module Spektr l'instrument franco-belgo-russe MIRAS (Mir Infra-Red Atmospheric Spectrometer). Mais dès l'ouverture de l'écoutille, le système de refroidissement du scaphandre de SOLOVIOV ne fonctionne pas correctement. Il n'est donc pas possible pour ce dernier de sortir du sas, car il doit rester connecté aux systèmes de Kvant-2. L'installation de MIRAS requiert deux cosmonautes, et elle est donc reportée à une sortie ultérieure.

BOUDARINE sort donc seul pour accomplir quelques activités secondaires. Il commence par installer deux panneaux Komplast sur le module Kvant-2, puis il récupère les cassettes d'échantillons SKK-4 et SKK-12, ainsi que l'instrument américano-russe TREK qui avait été installé sur Kvant-2 par l'équipage EO-9 lors de la sortie du 28 juin 1991. Il démonte également l'instrument Platane-N n°4 et Strakhovka, puis il rentre dans le sas et referme l'écoutille à 03h47 GMT. La sortie a duré 3h08.

Une demi-heure plus tard, les cosmonautes constatent que le tuyau d'eau du système de refroidissement du scaphandre de SOLOVIOV est déconnecté. Soit ils avaient oublié de le connecter, soit ils ne l'avaient pas connecté correctement, et c'est pour cette raison que SOLOVIOV n'a pas pu sortir. Une nouvelle sortie va être organisée deux jours plus tard pour procéder à l'installation de MIRAS.

Après la sortie, SOLOVIOV et BOUDARINE tente d'ouvrir la vanne KVD pour égaliser les pressions entre le ChSO, où ils se trouvent, et le PNO. Mais cette vanne, qui est commandée électriquement, refuse de s'ouvrir, et les cosmonautes doivent la manœuvrer manuellement. Il s'avère que la pression dans le ChSO n'est pas stable : BOUDARINE a par mégarde coincé un sac dans l'écoutille extérieure, qui n'est donc pas fermée correctement. La baisse de pression est toutefois minime (4mmHg/h), et le TsUP demande simplement d'isoler le ChSO pour économiser l'air.

5. La troisième sortie dans l’Espace

La troisième sortie dans l'Espace de la mission EO-19 débute le 21 juillet 1995 à 00h28 GMT quand les cosmonautes SOLOVIOV (Orlan-DMA n°27) et BOUDARINE (Orlan-DMA n°18) ouvrent l'écoutille du ChSO du module Kvant-2.

Les cosmonautes se lancent tout de suite dans l'installation du spectromètre MIRAS sur le module Spektr, qui n'avait pas pu être faite lors de la sortie précédente. Ils se rendent sur le Module de Base, à la base du mât GSt-II, puis arriment ce dernier sur le compartiment NGO de Spektr. Ils le longent ensuite pour atteindre le NGO.

Arrivés sur place, ils commencent par fixer MIRAS mécaniquement, puis ils raccordent ses câbles d'alimentation et de commande, mais le TsUP ne reçoit aucune télémesure.

Fig. 5.1 : Le spectromètre MIRAS sur le NGO du module Spektr.
Image prise lors du vol STS-86. Crédit : NASA.

Pendant que les équipes au sol tentent de résoudre ce problème, les cosmonautes tentent de déployer la dernière section du panneau solaire DSB-IV de Spektr qui était resté coincée. Ils le secouent pendant plusieurs minutes, mais leurs efforts ne sont pas concluants. Ils vont ensuite sur le Module de Base réinstaller l'antenne radioamateur qui n'avait pas fonctionné lors de la première sortie.

Le TsUP demande ensuite à SOLOVIOV de débrancher les quatre câbles de MIRAS, puis de les rebrancher. Mais cette action n'a aucun effet, et le spectromètre reste muet.

Les deux cosmonautes se rendent ensuite sur le module Kvant-2 pour installer une buse sur la vanne K35 du système Elektron-V. Cette vanne n'était censée servir que lors des essais au sol du système avant le lancement de Kvant-2, mais le TsUP veut maintenant l'utiliser pour faire le vide, ce qui sera possible avec la nouvelle buse.

Les cosmonautes rentrent ensuite dans le sas et ferment l'écoutille du ChSO du module Kvant-2 à 06h18 GMT. La sortie a duré 5h50. Sur conseil du TsUP, SOLOVIOV et BOUDARINE inversent deux câbles dans le module Spektr, ce qui résout le problème de télémesure du MIRAS !

6. Arrivée du vaisseau Progress M-28

Le vaisseau ravitailleur Progress M-28 avait décollé de Baïkonour le 20 juillet 1995, et il vient s'amarrer sans incident sur le PKhO du Module de Base le 22 juillet 1995 à 04h39'45" GMT.

Le vaisseau apporte notamment des oiseaux et des tritons, que les cosmonautes installent immédiatement dans l'incubateur du module Kristall. Sa charge utile comprend également des icônes religieuses qui avaient été bénies par le patriarche Alexis II de Moscou et le pape Jean-Paul II.

Fig. 6.1 : BOUDARINE et SOLOVIOV avec les icônes.
Crédit : AP.

Le 28 juillet 1995, SOLOVIOV et BOUDARINE remplacent le transmetteur ChA294-1 du système Antares. Le 31 juillet 1995, ils commencent le montage des actionneurs gyroscopiques SG-1D et SG-4D dans le module Kvant-2, à la place de la douche qui avait été démontée par l'équipage EO-18.

Le 9 août 1995, les cosmonautes remplacent le système de télémesure BR9TsU-5 et commencent les essais du spectromètre MIRAS.  Le 13 août 1995, ils changent le réducteur de l'actionneur gyroscopique SG-6E du module Kvant. Pour cela, tous les actionneurs ont dû être mis à l'arrêt et le contrôle de l'orientation a été assuré par les moteurs.

Le 14 août 1995, la boucle BVK-2 du système Vozdoukh tombe en panne. Le TsUP bascule sur les boucles BVK-1 et BVK-3. Les actionneurs gyroscopiques sont redémarrés le 17 août 1995. SG-1D, SG-4D et SG-4E sont laissés à l'arrêt. Le 19 août 1995, les cosmonautes réparent le boîtier PTAB n°4 du système électrique du module Kvant-2. Quelques heures plus tard, l'actionneur gyroscopique SG-2E du module Kvant tombe en panne. Le SG-4E est redémarré le 20 août 1995.

Le 21 août 1995, SOLOVIOV et BOUDARINE commencent à installer l'instrument Volna-2A qui permettra d'étudier le comportement des ergols dans les réservoirs des étages supérieurs Bloc D, dans le but d'améliorer la performance de ces derniers. La boule BVK-2 du système Vozdoukh est réparée le 23 août 1995 en rebranchant un câble qui avait été déconnecté.

Le 28 août 1995, les cosmonautes parviennent à déployer la cinquième section du panneau solaire DSB-IV du module Spektr. Seules les parties latérales de la quatrième et de la cinquième section restent repliées.

7. Arrivée du vaisseau Soyouz TM-22 et retour sur Terre

Le vaisseau Soyouz TM-22 décolle de Baïkonour le 3 septembre 1995 avec l'équipage EO-20, constitué des cosmonautes russes Youri GUIDZENKO et Sergueï AVDEÏEV, ainsi que du cosmonaute allemand Thomas REITER qui réalise la mission EuroMir 95.

Le vaisseau Progress M-28 se sépare du PKhO le 4 septembre 1995 à 05h09'51" GMT afin de laisser la place aux nouveaux arrivants. Les cosmonautes tentent de filmer sa rentrée dans l'atmosphère avec l'instrument Fialka, mais sans succès. Quelques instants plus tard, ils remplacent la pompe du système SRV-K.

Le 5 septembre 1995, l'actionneur gyroscopique SG-5E du module Kvant cesse de fonctionner. Mir n'a plus que huit actionneurs en service, et il faut donc utiliser les moteurs pour maintenir l'orientation de la station pendant l'amarrage de Soyouz TM-22. Celui-ci s'amarre sur le PKhO du Module de Base le 5 septembre 1995 à 10h29'53" GMT. Après deux semaines de travail en commun, SOLOVIOV et BOUDARINE embarquent à bord du vaisseau Soyouz TM-21, qui se sépare du module Kvant le 11 septembre 1995 à 03h30'44" GMT.

Il réalise une première manœuvre d'éloignement (dt=8") avec ses moteurs DPO à 04h24'40" GMT, puis le moteur SKD est mis en service à 05h56'40" GMT (dt=259", dV=115,2m/s) pour amorcer la rentrée dans l'atmosphère. Le SA atterrit à 06h52'40" GMT à 114km au nord-est d'Arkalyk, au Kazakhstan.

Le vol de SOLOVIOV et BOUDARINE a duré 75 jours 11 heures 20 minutes 21 secondes.