Soyouz-17 | Chronologie

Le 27ème lanceur Soyouz (11A511 n°Х15000-22) décolle du pas de tir n°5 (17P32-5) de la zone n°1 du cosmodrome de Baïkonour le 10 janvier 1975 à 21h43'37" GMT.

La charge utile est constituée du vaisseau spatial Soyouz-17 (11F615A8 n°38), qui est placé avec succès sur une orbite basse (293km x 354km x 51,6°).

Fig. 1 : GOUBAREV et GRETCHKO embarquent à bord de Soyouz-17.
Crédit : DR.

Les deux premiers jours de vol se passent sans incident notable. Le vaisseau effectue un certain nombre de corrections d'orbite pour s'aligner avec celle de Saliout-4, qui est plus haute qu'à l'accoutumée. En effet, de nombreuses observations astrophysiques sont au programme de la mission, et les ingénieurs ont donc préféré augmenter l'altitude de la station pour éviter de soumettre les instruments aux perturbations terrestres.

Le 12 janvier 1975, quand les cosmonautes arrivent à 4km de Saliout-4, ils mettent en route le système de rendez-vous Igla. Quand ils ne sont plus qu'à une centaine de mètres du port d'amarrage, le commandant GOUBAREV prend les commandes manuelles du vaisseau et réalise un amarrage parfait.

C'est la quatrième fois dans l'histoire du programme spatial soviétique qu'un vaisseau parvient à s'amarrer à une station spatiale. Quelques instants après la jonction, GOUBAREV et GRETCHKO ouvrent les écoutilles et pénètrent à l'intérieur de Saliout-4. Ils ont la surprise de trouver à proximité de l'entrée une inscription "essuyez vos pieds", laissée par les techniciens de Baïkonour à l'intention des premiers résidents.

Le 14 janvier 1975, les cosmonautes installent un système pour ventiler le vaisseau Soyouz-17. Il s'agit d'une bouche qui est reliée à la ventilation de Saliout-4 et qui traverse l'écoutille (ouverte) du vaisseau. Ce montage permettra à Soyouz-17 de rester en bon état tout au long de la mission.

Un incident technique relativement important vient donner du fil à retordre aux cosmonautes. Comme nous l'avons déjà dit, l'un des principaux objectifs de ce vol est d'effectuer des observations astrophysiques à l'aide de plusieurs télescopes présents à bord. Or l'un d'eux, vraisemblablement le télescope solaire OST-1, a été gravement endommagé par une exposition directe à la lumière du Soleil.

Ce problème serait dû à une panne du système de pointage. GOUBAREV et GRETCHKO doivent alors improviser : ils construisent un nouveau système en utilisant un chronomètre et un stéthoscope qui écoute le bruit que fait le système de rotation du télescope !

En tout, les deux cosmonautes réalisent plus d'une centaine d'expériences scientifiques. Les études portent sur les processus actifs du Soleil, sur la température et les plasmas dans la haute atmosphère de la Terre, sur la biologie et la médecine, sur le fond galactique, ou encore sur la couche d'ozone.

Le 7 février 1975, GOUBAREV et GRETCHKO commencent à ranger dans le Soyouz le matériel et les effets personnels qu'ils vont ramener avec eux sur Terre. De plus, ils préparent Saliout-4 à voler de manière autonome et inhabitée pendant plusieurs semaines. Le prochain équipage n'est en effet pas prévu avant le mois d'avril.

Le 9 février, les deux cosmonautes enfilent leurs combinaisons Sokol-K et embarquent à bord de Soyouz-17. Ils se séparent de la station et quelques instants plus tard les moteurs de freinage sont allumés et le vaisseau commence à descendre. Il atterrit le 9 février 1975 à 11h03'22" GMT à 110km au nord-est de Tselinograd.

Les conditions météorologiques sont alors particulièrement mauvaises. Le plafond nuageux n'est qu'à 250m, ce qui est très gênant pour les hélicoptères. Une tempête de neige balaye la zone avec des vents de 72km/h, et la visibilité n'est que de 500m. Les équipes de récupération parviennent malgré tout à faire leur travail, et l'équipage est évacué en lieu sûr.

Cette mission aura marqué la première exploitation réussie d'une station spatiale civile soviétique. La précédente tentative, on s'en souvient, s'était terminée par la mort des cosmonautes DOBROVOLSKI, PATSAÏEV et VOLKOV lors de l'atterrissage de Soyouz-11, en 1971.

Le vol a duré 29 jours, 13 heures et 19 minutes, battant ainsi le record de longévité soviétique. En revanche, deux équipages américains de la station Skylab ont séjourné 59 et 84 jours en orbite.

Bibliographie

- Mir Hardware Heritage, NASA RP 1357, David S. F. PORTREE
- L'astronautique soviétique
, Christian LARDIER, Albert DUCROCQ, Ed. Armand Colin
- Kosmonavtika SSSR
, ouvrage collectif
- Soyuz, A Universal Spacecraft
, Rex HALL et David SHAYLER, Ed. Springer&Praxis
- Le site AstroNOTE


Dernière mise à jour : 23 mai 2012